Denuo, pour remettre sur le marché des matériaux usagés

La Belgique affiche des ambitions circulaires sans équivoque. C'est ce qu’il ressort notamment des trois accords des gouvernements régionaux présentés en 2019. Mais aussi de nombreuses entreprises, fédérations, organisations patronales, etc. qui se sont engagées en faveur d’une plus grande (ré)utilisation des matériaux recyclés.

Il suffit de penser aux engagements en termes d’emballages pris par Fevia, Comeos, Detic, Buurtsuper et Unizo en vue notamment d’utiliser, à l’horizon 2025, plus de 50 % de matériaux recyclés dans les emballages à boissons.

Un autre exemple se retrouve dans l'extension des obligations de tri pour les entreprises en Flandre, ce qui permettra de collecter encore plus de flux de déchets séparément et d'avoir de meilleures chances de recyclage.

En Wallonie, on a noté le soutien aux investissements dans la capacité de recyclage des plastiques. 

Et à Bruxelles, le nouveau Plan de Gestion des Ressources et Déchets (PGRD) considère de plus en plus les déchets comme une véritable ressource et travaille activement à la mise en place d'une économie circulaire.

Autre élément important à mentionner : le film rétractable circulaire que nous avons créé avec Valipac et quelques entreprises partenaires novatrices. Cet emballage de transport se compose, pour la moitié, de films plastiques recyclés. 

Tous ces exemples parmi tant d'autres illustrent la manière avec laquelle tout un chacun s’engage, à son niveau,  à utiliser à nouveau des produits et matériaux avec un minimum de déchets résiduels. "A nouveau", tel est le mot clé. Il s'agit en effet de mettre à nouveau en circulation des matériaux usagés. A nouveau, encore et encore. Jusqu'à ce qu'ils ne soient plus réutilisables ou recyclables.

Cette ambition, nous souhaitions la souligner davantage avec un nom nouveau: Denuo, qui signifie "à nouveau" en latin. Sous cette dénomination, la fédération belge du secteur du recyclage et de la gestion des déchets veut toujours contribuer à façonner l'avenir des matériaux usagés. 

Comment ?
En mettant en place des initiatives permettant aux plastiques recyclés de sortir de l'emprise étouffante des trop faibles prix du pétrole.

En conservant ici la capacité de recyclage et en ne la laissant pas disparaître dans des pays affichant une législation moins stricte.

En continuant à souligner l'importance de l'incinération et de la mise en décharge de déchets dans une économie circulaire, afin que les produits et matériaux qui ne sont pas encore recyclables à l’heure actuelle, puissent être valorisés, aujourd’hui ou demain.

Car le recyclage n'est pas une vague idéale, mais se révèle crucial pour la durabilité de notre région. C’est sous notre nouveau nom, Denuo, que nous continuerons à promouvoir ce message. Avec une énergie et une bonne volonté inlassable pour maintenir le dialogue ouvert. A nouveau, encore et encore.