Le secteur invite les ministres régionaux à participer à la réflexion sur l’avenir du transport de déchets

Chaque jour, les collecteurs de déchets font 7 fois le tour de la Terre!

Bruxelles, le 20 septembre 2018 – La Semaine de la Mobilité donne l’occasion, aux citoyens comme aux entreprises, de réfléchir à la mobilité et aux possibilités de transport alternatif. Le secteur du recyclage et de la gestion des déchets s’est lui aussi penché sur le problème de la mobilité et souhaite inscrire quelques propositions à l’agenda politique.

Chaque jour, les collecteurs de déchets font 7 fois le tour de la Terre!
Le secteur du recyclage et de la gestion des déchets fait partie des secteurs durement touchés par le problème de mobilité. En premier lieu, en raison de l’augmentation du trafic en lui-même, puisque chaque jour, ce sont des centaines de chauffeurs et de collecteurs qui affrontent le trafic dense pour venir chercher les déchets des ménages et des entreprises. Pour vous donner une idée: les 5 plus grosses entreprises de recyclage et de gestion des déchets de notre pays envoient actuellement quelque 1500 camions sur les routes. A eux seuls, ces camions parcourent chaque jour 7 fois le tour de la Terre.

Le secteur veut désengorger le réseau routier
Le secteur du recyclage et de la gestion des déchets en Belgique est déterminé à aborder autrement le transport de déchets. Le secteur ambitionne notamment de réduire le nombre de camions transportant des déchets sur les routes. A l’heure actuelle, les entreprises de recyclage et de gestion des déchets transportent quelque 4 millions de tonnes de déchets par voies navigables intérieures en Belgique, et l’objectif est de doubler ce chiffre dans les 5 prochaines années.

Indépendamment de telles alternatives, le transport de déchets sur le réseau routier reste nécessaire. Le secteur cherche des solutions pour optimaliser ces transports le mieux possible, en collaboration avec des organismes spécialisés en logistique comme Logistics in Wallonia (pôle de compétitivité). « En envoyant par exemple des camions capables de collecter simultanément différentes sortes de déchets, mais toujours sélectivement » propose Stany Vaes, Directeur Général de la fédération sectorielle Go4Circle asbl. « Nous voudrions également avoir la possibilité de travailler en dehors des heures de circulation intense, la nuit par exemple. Mais en Belgique, contrairement à d’autres pays européens, ce n’est pas encore autorisé. »

Lever les barrières
Il existe par ailleurs d’autres obstacles qui viennent entraver l’efficacité du transport de déchets. « Certaines villes choisissent de limiter le poids des camions autorisés à entrer dans le centre urbain. D’autres villes déterminent des heures strictes pendant lesquelles les déchets peuvent être collectés. A cause de ces mesures, il est difficile d’organiser une collecte efficace des déchets » explique Stany Vaes. 

Dans le cadre de la Semaine de la Mobilité, le secteur belge du recyclage et de la gestion des déchets invite les ministres régionaux de la Mobilité à réfléchir ensemble à l’avenir de la mobilité des déchets, et à rationaliser l’actuelle approche fragmentée.

« Tout le monde gagnerait à lever les barrières actuelles, pour assurer une plus grande efficacité du transport des déchets. Pas uniquement les entreprises qui collectent les déchets, mais aussi la société, car augmenter l’efficacité du transport de déchets, cela veut aussi dire envoyer moins de camions sur les routes et réduire la congestion, faire baisser les émissions de CO2 et, par conséquent aussi, le risque d’accidents. »

Go4Circle a compilé quelques propositions destinées à rationaliser la mobilité des déchets, ainsi qu’une série d’autres recommandations, dans son mémorandum qu’elle transmettra aux dirigeants régionaux, fédéraux et européens dans les prochains jours.

Ajouter un commentaire

Annexe
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 300 Mo.
Types autorisés : txt pdf doc docx xls xlsx ppt pptx ods odt png jpg jpeg gif zip.