Certains médias se posent la question de leur pertinence

Une consigne sur les emballages en Belgique ?

La Libre Belgique (16.10.2019) et Trends Tendance (31.10.2019) interrogent go4circle

SPADEL a fait une sortie médiatique dernièrement en proposant de réfléchir à la mise en oeuvre d'une consigne pour les emballages de boisson en Belgique.  Deux médias ont interrogé go4circle pour savoir ce que le secteur en pensait.

Jusque fin 2018 (et l'agrément du 20/12/2018 octroyé à Fost Plus), la fédération était toujours restée neutre dans ce dossier.  Mais pour la période 2019-2023, les autorités régionales ont donc mandaté Fost Plus pour développer le nouveau sac bleu.  Un choix de collecte des emballages a donc été fait.  Fin 2019, avec l'arrivée de la zone liégeoise d'INTRADEL, presque 3,5 millions de Belges devront adopter de nouveaux gestes de tri puisque le nouveau sac bleu sera chez eux.  Fost Plus, depuis près de sept ans (premier rapport en 2012) avait étudié en (très) long et en (très) large la faisabilité de la collecte, du tri et du recyclage.  En juin 2019, des marchés pour la construction de nouveaux centres de tri ont été lancés et attribués à trois opérateurs.

Ce revirement d'approche, lancé par un membre important de Fost Plus, pose de réelles questions.

L'argument du taux de collecte de 90% est-il le vrai ?

La nouvelle Directive (Single Use Plastic) 2019/094 a été publiée le 12/06/2019 et elle impose désormais aux Etats membres de collecter 90% des emballages pour 2029.  En juin 2018, le secteur des emballages avait proposé  au Gouvernement flamand d'aller déjà beaucoup plus vite : 2022 !  SPADEL invoque ce défi immense (car actuellement on stagne à +/- 81% de taux de collecte, donc les derniers pour cents sont les plus durs) pour dire que la consigne est l'une des pistes les plus probables pour y parvenir.  SPADEL invoque notamment les déchets d'emballages en dehors des domiciles (Out of Home) qui sont difficiles à capter.

Mais est-ce vraiment la réelle raison ? Go4circle en doute.

La même directive impose surtout que les emballages pour boisson doivent contenir 25% (2025) ou 30% (2030) de contenu recyclé.  A nouveau, l'engagement de l'industrie de l'emballage belge en juin 2018 allait déjà plus loin, en parlant de 50% en 2025.  Mais le rPET (PET recyclé), par le simple jeu de la loi de l'offre et la demande, va voir son prix s'envoler.  Et le meilleur moyen de ne pas subir la loi du marché est tout simplement de rester propriétaire de ses bouteilles... la consigne est donc certainement un moyen pour y parvenir.

Go4circle a aussi souligné, tant à la Libre Belgique que dans Trends Tendance, que Fost Plus communique que le PMC Entreprise (Out of home) est une priorité mais nous avons des doutes.  Les moyens financiers qu'ils ont mis sur la table pour que notre secteur propose ce service de collecte/tri aux entreprises restent dérisoires par rapport à ceux donnés pour le même client aux intercommunales, alors que c'est nettement plus difficile tant en termes de logistique que de communication/sensibilisation dans les entreprises.  Il y a un réel problème de concurrence loyale.  C'est d'ailleurs un des axes majeurs de notre requête en annulation introduite au Conseil d'Etat.  

Nous ne vivons toutefois pas sur une île

Mais le discours de SPADEL est crédible.  Fevia et Comeos continuent à défendre le nouveau sac bleu mais une vague est lancée, tant en France qu'aux Pays-Bas, pour développer la consigne.  En France, les industriels se sont posés favorablement début juillet 2019 et aux Pays-Bas, les Parlementaires veulent l'imposer aux petites bouteilles et aux canettes depuis la mi-octobre 2019.

Pourrait-on imaginer donc (alors que la Fevia dit que 50% de la population belge se trouve à moins de 50 km d'une frontière) que la Belgique n'y passe pas ? Nous avons des doutes.  Le risque est donc grand que 30% au minimum du sac bleu soient collectés via d'autres moyens de ramassage et sans doute non acheminés vers les nouveaux centres de tri.  Et ce certainement avant la fin de l'agrément actuel de Fost Plus.

Quoi qu'il en soit, commander un système et puis en remettre en cause plus de 30% de celui-ci, cela entraînera certainement un dommage financier important que notre secteur n'acceptera pas de supporter.  

Si le secteur des emballages veut vraiment augmenter son taux de collecte, sans avoir la consigne, il est temps de booster autrement la collecte "out of home" du PMC par autre chose que des campagnes radio et un soutien perfectible.

Ajouter un commentaire

Annexe
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 300 Mo.
Types autorisés : txt pdf doc docx xls xlsx ppt pptx ods odt png jpg jpeg gif zip.