Pouvons-nous éliminer tous les déchets organiques des déchets résiduels en 3 ans ?

D'ici le 31 décembre 2023, l'Europe veut éviter que tous les déchets organiques  sur son territoire finissent en déchets résiduels. Cela signifie que les familles et les entreprises devront séparer leurs déchets verts et leurs déchets de cuisine afin de pouvoir les recycler. Dans notre pays, les premiers pas dans cette direction seront réalisés en janvier 2021.

Les déchets organiques (ou biodéchets) sont tous les déchets biodégradables des jardins ou des parcs, les déchets de cuisine et de nourriture et les déchets similaires provenant de la transformation des aliments. Ces déchets finissent trop souvent dans les déchets résiduels. C'est ce que montrent également les chiffres d'un certain nombre d'études.  Selon une étude wallonne, 41% des déchets ménagers sont des déchets organiques. Par ailleurs, une étude néerlandaise datant de 2020 estime la proportion de déchets organiques à 32 %. 

L'Europe est déterminée à réduire cette part et a pris diverses mesures afin d'y parvenir. D'une part, réduire de moitié les déchets alimentaires et, d'autre part, faire en sorte que tous les déchets organiques au sein de l'Union européenne soient collectés de manière sélective afin de pouvoir être recyclés correctement par la suite.

Les premiers secteurs flamands commencent à trier à la source à partir de 2021

En Belgique, ces objectifs européens sont transposés à travers les trois régions compétentes. Pour certaines intercommunales, la collecte sélective est déjà d’application. En Flandre, afin de progressivement imposer l’obligation pour les « Organisch en Biologisch Afval (OBA) » d’ici 2023, certaines catégories d’origine professionnelle (certains hôpitaux, centres pénitenciers, Horeca, écoles, etc.) seront déjà dans l’obligation de trier leurs biodéchets séparément dès le 1er janvier 2021. 

L’intérêt de collecter séparément à la source est de valoriser ces flux de déchets en compostage ou en biométhanisation. Dans le premier cas, on obtient un compost qui servira d'engrais pour nos sols agricoles. Dans le second cas, on obtient également un substrat composté, valorisé en agriculture ,mais également la production de biogaz qui sera transformé sous forme d’électricité (avec récupération de chaleur dans le cas de la cogénération) ou qui peut être réintroduit sur les réseaux de gaz naturel. Il est donc primordial de sensibiliser le tri à la source afin de valoriser un flux homogène et d’améliorer la qualité du compost produit.

Ajouter un commentaire

Annexe
Un nombre illimité de fichiers peuvent être transférés dans ce champ.
Limité à 300 Mo.
Types autorisés : txt pdf doc docx xls xlsx ppt pptx ods odt png jpg jpeg gif zip.